La Thailande envisage de devenir le centre médical de l’Asie

tourisme medical thaiEn 2013, 2,5 millions de touristes médicaux sont venus en Thaïlande pour dépenser l’équivalent de 4 milliards de dollars, venant d’origines aussi diverses que le Royaume-Uni, les États-Unis, les pays du Golfe et le Vietnam. Le tourisme médical n’est pas nouvelle mode, avec de nombreux patients qui voyagent vers des rivages étrangers pour un certain nombre de traitements spécialisés ou des avantages qu’ils ne peuvent pas recevoir chez eux, mais l’industrie est sur le point d’atteindre des proportions impressionnantes en Thaïlande.

Avec ce regain de popularité pour les soins thaï, il n’est pas surprenant que le gouvernement fasse de l’industrie une priorité absolue, en fait, il s’agit d’un objectif national que la Thaïlande devienne le plus grand centre médical de l’Asie au cours des trois prochaines années. L’intérêt accru des pays comme le Myanmar et le Vietnam montre que la machine est déjà en mouvement.

Le directeur de l’hôpital international de Bumrungrad, Kenneth Mays, a indiqué au sujet des pays sources que : « l’économie est en croissance rapide, mais le secteur de la santé est à la traîne », ce qui signifie qu’encore plus d’argent est susceptible d’arriver en Thaïlande.

Pour beaucoup, il est beaucoup plus logique de survoler les frontières pour recevoir un traitement de qualité supérieure, payer des prix plus bas et éviter les longues files d’attente que de rester à la maison. Ce qui rend cette tendance encore plus intéressante, et plus attrayante pour ses supporters thaïlandais, c’est que beaucoup de ces touristes médicaux ne sont pas la pour des traitements complexes ou spécialisés, par conséquent, il y a un large éventail de patients à traiter.

Mais ça n’est pas tout le monde qui accueille les touristes médicaux à bras ouverts.

De toute évidence, sur le plan mondial, le tourisme médical est considéré comme une étape positive par beaucoup et de nombreuses personnes soutiennent les projets gouvernementaux visant à accroître la croissance dans ce domaine, mais il y a aussi un certain nombre de manifestants qui voient le côté négatif de l’industrie.

Il convient de rappeler que le tourisme médical est un secteur privé qui bénéficie des patients étrangers et tandis qu’ils apprennent à apprécier les talents de médecins et peuvent réduire les coûts, le peuple thaïlandais peut souffrir d’un manque de ressources et de l’augmentation des prix.

La Thaïlande est fière de ses médecins qualifiés, mais guère de médecin étranger sont utilisés dans les hôpitaux thaïlandais. Ainsi, un groupe déjà limité de médecins peut devenir hors de la portée des habitants qui en ont besoin tout autant. Le directeur de recherche en économie de la santé, Viroj Naranong, a fait écho à ces préoccupations, en soulevant le problème potentiel d’un manque de médecins à former pour la prochaine génération, en disant que : « avec de plus en plus de patients qui viennent, cela va attirer beaucoup de ressources .. . surtout des hôpitaux d’enseignement » .

Est-ce la bonne approche pour l’industrie médicale de la Thaïlande ?

Avec autant d’argent entrant dans l’économie thaïlandaise et les touristes étrangers qui réservent avec impatience leurs vols pour tirer parti des possibilités accrues que les cliniques privées et les hôpitaux peuvent fournir, il est logique que le gouvernement soit désireux de développer le secteur et d’attirer encore plus de clients et l’objectif de devenir centre médical de l’Asie semble être réalisable.

La question est de savoir si c’est le bon chemin à prendre pour le pays et tandis que les propositions du gouvernement sont compréhensibles, il ne faut pas oublier de regarder les préoccupations pour la santé locale et les effets à long terme sur le secteur.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Commenter