Manifestation pacifiste des chemises rouges pour le quatrième anniversaire du coup d’État militaire

Des milliers de manifestants chemises rouges anti-gouvernementaux ont défilé pacifiquement dans la capitale thaïlandaise, première manifestation importante depuis l’arrêt de leurs manifestations par une répression militaire en mai.

Dimanche dernier a marqué le quatrième anniversaire du coup d’État militaire de 2006 qui a renversé l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra. Les Chemises rouges comprennent de nombreux partisans de Thaksin, ainsi que des militants opposés à l’ingérence des militaires dans la politique.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dimanche à l’intersection Rajprasong de Bangkok, un quartier commerçant qui a été occupé par le groupe d’avril à mai. La foule, exubérante, mais pacifique, s’est déversé dans la rue et le trafic du s’interrompre, tandis que des centaines de policiers étaient la en en cas de problème.

« Cela démontre qu’un grand nombre de personnes chemise rouge, malgré le décret d’urgence étant en effet, sont toujours passionnés et qui veulent exprimer leurs sentiments », a déclaré Sombat Boonngamanong, un organisateur en rouge.

Bangkok reste dans un état d’urgence imposé en avril qui donne aux militaires de nombreux pouvoirs , et des soldats ont été déployés à des endroits stratégiques au cours des deux dernières semaines alors que le gouvernement a mis en garde de la violence possible autour de la commémoration de l’anniversaire.

Les manifestants de dimanche acclamaient haut et fort que : «Des gens sont morts ici» et «Abhisit, dehors » avant la manifestation pour finalement aboutir à poser des cierges et un lâché de ballons pour honorer ceux qui sont morts dans les manifestations précédentes.

Parmi les participants, Boonchuai Rumpai, 58 ans, femme au foyer de Ayutthaya qui avait participé aux manifestations précédentes. « Je veux le retour à la démocratie. Je veux de nouvelles élections », dit-elle. Mais il a une chose qui a changé, dit-elle, « Je ne veux pas voir plus de cercueils. »

«Nous avons appris nos leçons et nous devons nous sortir de cette sombre période», a déclaré Sombat, se référant aux violences qui ont marqué les manifestations antérieures.

Thaksin a été renversé par le coup d’Etat le 19 septembre 2006, après avoir été accusé de corruption et de manque de respect envers un monarque constitutionnel de la Thaïlande, le roi Bhumibol Adulyadej. L’armée a agi après une série de protestations et de décisions de justice pratiquement paralysé la capacité de M. Thaksin de gouverner, mais le coup a fortement polarisé la société.

Beaucoup de partisans de M. Thaksin proviennent des pauvres des zones rurales qui ont bénéficié de sa politique de protection sociale et restent amers sur son éviction par des moyens non démocratiques.

Beaucoup de ses adversaires, y compris les membres de la classe moyenne urbaine et l’élite, le voir comme une menace pour la démocratie et de l’avis de sa marque populiste de la politique comme un danger pour leurs propres privilèges.

En 2008, les opposants à Thaksin saisi bureaux du Premier ministre pendant trois mois et a occupé les deux aéroports de Bangkok pendant une semaine pour tenter de forcer un gouvernement pro-Thaksin d’absence du bureau.

Les Chemises rouges allèguent que des manœuvres militaires et parlementaires injustement mis Abhisit au pouvoir en Décembre 2008.

Thaksin vit en exil à l’étranger après avoir fui en 2008 avant une condamnation pour corruption. Il prend en charge les chemises rouges, mais il nie les accusations selon lesquelles il est l’instigateur de la violence.

Une petite foule s’est avéré dimanche à Bangkok Democracy Monument, un lieu de rassemblement traditionnel de manifestations qui a également été le site d’un affrontement entre les chemises rouges et des soldats en avril.

Une autre manifestation a eu lieu dans la ville septentrionale de Chiang Mai, ville natale de M. Thaksin et l’un de ses bastions politiques.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Commenter