Mieux comprendre la crise thaïlandaise

Tout d’abord un petit historique de la crise Thaïlandaise depuis 2006 jusqu’à aujourd’hui avec les dates importantes:
Le 19 septembre 2006, Un un coup d’État militaire a renversé Le Premier ministre Thaksin Shinawatra qu’il était en voyage aux USA. Depuis, cette date, le pays est scindé en deux parties.

Le 26 février 2010 : La Cour suprême de Thaïlande ordonne la saisie de plus de la moitié de la fortune de Thaksin Shinawatra ( 1,4 milliards de $), le déclarant coupable d’avoir dissimulé une partie de ses avoirs lorsqu’il était au pouvoir de la Thaïlande.

Le 14 mars 2010, Les Chemises rouges envahissent par dizaines milliers le centre-ville de Bangkok et entament un siège dans les quartiers commercial et financier de la ville.

Le 7 avril 2010, L’état d’urgence est décrété dans le pays.

Le 10 avril 2010, les militaires essayent de déloger les « chemises rouges » d’un quartier de la vieille ville Bangkok mais ce fut un échec et les affrontements donnent le bilan catastrophique de 25 morts et plus de 800 blessés parmi la population.

le 22 avril 2010, une série d’explosions meurtrières a lieu dans le quartier de Silom toujours dans la ville Bangkok.

Pour mieux comprendre, voici les principaux protagonistes des manifestations :

– Les chemises rouges :
C’est le mouvement d’opposition thaïlandais, il constituent le parti UDD ( le Front uni pour la démocratie contre la dictature ).Les partisans sont principalement composé de gens pauvres et ruraux, mais le parti compte aussi parmi eux des étudiants et des activistes. Ce courant s’oppose au gouvernement du Premier ministre actuel, Abhisit Vejjajiva, qu’il juge illégitime et élitiste. Et Il réclame la dissolution du Parlement ainsi que la convocation de nouvelles élections. Une partie seulement des « chemises rouges » soutient l’ancien Premier ministre, mais tous réclament une meilleure représentation des classes populaires, promise par Thaksin Shinawatra lorsqu’il était au pouvoir.

– Les chemises Jaunes
Ce courant quant à lui rassemble dans sa plus grande partie des classes moyennes et des classes assez aisées, le mouvement soutiennent le gouvernement actuel et son formellement opposé à l’ancien premier ministre Thaksin Shinawatra accusé de corruption. On se souvient de l’occupation de l’aéroport de Bangkok fin 2008 obtenant ainsi la dissolution du parti au pouvoir (Parti du pouvoir du peuple).C’est alors qu’ Abhisit Vejjajiva, du Parti démocrate, est devenu le Premier ministre à l’issue des législatives.
Actuellement, les « chemises jaunes » dénoncent la paralysie du pays depuis l’occupation du centre-ville par les « chemises rouges ». A leur tête, se trouvent un magnat des médias, Sondhi Limthongkul, et un ancien général, Chamlong Srimuang.

– Les chemises Roses
Couleur symbole du mouvement « Les civils protègent le pays ». Ils se sont rassemblés devant la base militaire où Abhisit est contraint d’habiter, par mesure de précaution, depuis le début du mouvement des « chemises rouges ».Ils appellent l’armée à soutenir le gouvernement actuel. En choisissant la couleur rose, le mouvement tente de se différencier un peu des « chemises jaunes ».

You can leave a response, or trackback from your own site.

Commenter